Le Corbusier, prince du mobilier moderne

Catégorie : Histoire du meuble
Le Corbusier

Nous l’avions remarqué lors de la présentation de l’iPhone puis plus récemment de l’iPad, le fauteuil LC3 Le Corbusier fut le seul fauteuil à séduire Steve Jobs ou plutôt ses fesses.

Inventés dans les années 1930 par Charles Edouard Jeanneret alias Le Corbusier, son cousin Pierre Jeanneret et Charlotte Perriand, ces meubles design sont restés à la pointe du modernisme.

L’occasion pour nous de (re)découvrir cette collection luxueuse de mobilier d’intérieur, et l’œuvre d’un architecte trop méconnu et qui a pourtant laissé son empreinte dans le paysage architectural mondial.

Palais des assemblées - Chandigarh

Le Corbusier – Chandigarh – Palais des Assemblées du Pendjab et de l’Haryana – 1951

Un peu d’histoire

Né en Suisse en 1887 d’un père artisan et d’une mère issue d’une famille d’horlogers suisses, Charles-Edouard Jeanneret est un architecte, urbaniste, peintre, sculpteur et théoricien. Charles-Edouard fait ses premiers pas dans le monde de l’art en tant que graveur-ciseleur dans l’horlogerie jurassienne, côté Suisse, puis se dirige vers la peinture et l’architecture.

Son premier projet concret sera réalisé en collaboration avec l’architecte Chapallaz, il s’agit la Villa Fallet.

Villa Fallet

Villa Fallet créé par Le Corbusier et Chapallaz en 1905.

Sa vie sera ensuite rythmée par la création de nombreux projets dont le plus éloquent est sans nul doute son travail sur l’unité d’habitation. Il s’agit d’un principe de création de bâtiments moderne et verticaux hébergeant autant de familles que de commerces et structures sociales.

4 cités radieuses seront ainsi construites, à Marseille en 1952, Rezé (à côté de Nantes) en 1955, à Berlin en 1957 et Briey en 1965. D’autres architectes reprendront ensuite le principe de Corbusier pour créer de nouvelles unités d’habitation. L’ensemble des œuvres de Le Corbusier sont visibles en ligne sur le site de la Fondation Corbusier.

La citee radieuse

Terrasse à la citée radieuse

Un évènement révolutionnaire : soleil, espace, verdure. Si vous voulez élever votre famille dans l’intimité, le silence, dans les conditions de nature, mettez-vous à deux mille personnes, prenez-vous par la main. Les parcs seront autour de la maison pour les jeux, des enfants, des adolescents et des adultes. La ville sera verte. Et sur le toit, vous aurez des maternelles étonnantes.
– Le Corbusier.

Le Corbusier entamera dans les années 20 des travaux sur le mobilier d’intérieur. L’architecte, en perpétuelle recherche de sobriété et d’économie des matières entame une collaboration avec d’autres artistes. Ses travaux avec Charlotte Perriand amèneront les deux architectes à créer une ligne de mobilier d’intérieur qui tranche avec les standards de l’époque. A cette occasion, Le Corbusier fonde l’UMA, l’Union des Artistes Modernes.

Le Corbusier

Le Corbusier

Si Le Corbusier est connu pour ses travaux sur l’unité d’habitation, il ne connaitra pas de son vivant le succès de sa ligne de mobilier. Il faudra attendre en 1965 que l’architecte rencontre un industriel du luxe italien, Cassina, pour que le mobilier de Corbusier et Perriand soit produit en petite série. Le succès sera au rendez-vous, mais malheureusement à titre posthume puisque Le Corbusier décède en 1965. Aujourd’hui, les droits mondiaux de reproduction appartiennent toujours à la société Cassina.

Corbusier, l’iconoclaste moderniste

L’œuvre de Le Corbusier n’a pas seulement marqué son époque, l’artiste était un visionnaire, un théoricien de génie qui a laissé pour legs le paysage architectural que l’on connait aujourd’hui. La vision de Le Corbusier est de voir la maison comme une machine à habiter, selon ses propres mots. Son travail pourrait être qualifié d’architecture sociale et urbaine.

Il s’en suivra des travaux sur le modernisme, baptisé purisme par Corbusier, qui considère l’architecture comme « le jeu savant, correct et magnifique des volumes sous la lumière ». L’enjeu est pour lui d’insuffler une vision formaliste de l’art, dépouillé de ses ornements impurs (alors critère d’esthétisme classique de l’époque), de donner vie au paysage industriel et d’en explorer les matières technologiquement innovantes, le verre, l’acier et le béton.

Le Corbusier amène sur la scène de l’architecture des éléments nouveaux, un design de pure perfection, abstrait mais rationnel, où la forme devient tributaire de la fonction. Il amène la conscience collective à repenser les modèles alors établit, et propose des œuvres assez délirantes comme le Plan Voisin, un projet d’urbanisme pour la ville de Paris qui vivrait alors dans des grands tours de verre pour laisser ses sols respirer. Le Corbusier déclare d’ailleurs :

« Les matériaux de l’urbanisme sont le soleil, l’espace, les arbres, l’acier et le ciment armé, dans cet ordre et dans cette hiérarchie. »

Plan Voisin

Plan Voisin

Corbusier à propos du Plan Voisin :

« Je voudrais que le lecteur puisse, par un effort de son imagination, concevoir ce qu’est ce type neuf de ville en hauteur ; qu’il conçoive que tout ce grouillement accroché jusqu’ici sur le sol comme une croûte aride, est raclé, enlevé et remplacé par des cristaux purs de verre, montant à 200 mètres de hauteur et à grande distance les uns des autres, leur pied étant entouré des frondaisons des arbres. Cette ville qui, rampante jusqu’ici, se dresse d’un coup dans l’ordre le plus naturel, dépasse momentanément notre imagination limitée par des accoutumances séculaires… »

Mais s’il est bien un domaine où les avancées esthétiques et technologiques se révèlent, c’est bien celui du mobilier design et plus particulièrement les sièges qui voient leur angle de portabilité bouger, leur durabilité et leur confort. Le confort inégalé atteint dans les années 20, nous le devons en partie à Mr Le Corbusier. Revenons donc sur ce qui nous intéresse vraiment, les créations de Le Corbusier en matière de mobilier design.

Les meubles design Le Corbusier

Les meubles Le Corbusier sont aujourd’hui emblématiques de la décoration design et ne pas vous les présenter sur ce blog serait antithétique. Axés sur le confort, adaptés aux grands espaces tels que les villas, l’ensemble des meubles Le Corbusier ne s’inscrivent pas uniquement dans une optique d’ameublement mais bien de décoration design.

Le fauteuil Le Corbusier est vu par l’artiste comme un endroit de recueille, propice à la lecture, à la contemplation de tableaux muraux perçus par l’artiste comme « une machine à émouvoir », et ses fauteuils comme un attrapeur d’émotion. Les œuvres mobilières créées par Le Corbusier possèdent des noms homogènes formées des initiales de l’architecte, LC pour Le Corbusier, et d’un chiffre.  Commençons par l’iconique fauteuil LC2, décliné en modèle grand confort en LC3.

Les fauteuils Corbusier LC2 et LC3

Le Corbusier sera le premier architecte designer à associer l’acier et le cuir dans ses œuvres. C’est en 1928 que sort la gamme de fauteuils LC1, LC2 et LC3. A l’époque, il s’agit d’une véritable révolution dans le domaine du design tant par la nouveauté des matières empruntées que par la simplicité et la rationalité de l’objet.

Ces 3 fauteuils sont constitués d’une assise en acier tubulaire surmontée d’accoudoirs en lanières de cuir. Contrairement aux fauteuils classiques de l’époque, le dossier ne repose pas sur des tubes rectilignes mais fait partie intégrante du siège. Chacun de ces fauteuils possède en plus ses propres particularités d’assises.

LC 1Si ce fauteuil LC 1 possède une apparence simple et classique, il est révolutionnaire par son système d’inclinaison de dossier procurant un confort inégalable en position assise.

Cette chaise est l’un des tous premiers modèles de chaise basculante, conçue en 1928 et présentée en salon à l’automne 1929.

Modèle Le Corbusier LC 1 avec assise en peau de vachette.

 

LC 2Le fauteuil LC2 est aujourd’hui une figure allégorique du design moderne. C’est malheureusement également un des fauteuils les plus copiés illégalement.

Plus imposant que le LC1, ce fauteuil est constitué de tubulures en acier sur lesquelles reposent de gros coussins rembourrés en polyuréthane et recouverts de cuir.

Ce modèle sera le point de départ de nombreuses déclinaisons parmi les meubles Le Corbusier, notamment le LC3.

LC3Le fauteuil LC3, toujours créé en 1928 en collaboration avec Charlotte Perriand et Pierre Jeanneret, reprend les principes du modèles LC2 tout en mettant l’accent sur le « Grand Confort ».

Ce fauteuil moderne sera baptisé « panier à coussin » et décliné en canapés. Toujours est-il que c’est ce siège que Steve Jobs avait choisi, nous en parlions au début de cet article.

Steve Jobs

Steve Jobs présente l’iPad sur le LC 3

La chaise longue LC4, fer de lance du design signé Le Corbusier

Conçue à l’origine pour meubler la Villa Church en 1929, cette chaise longue lounge verra son design revisité par la société Cassina dans les années 60. Les modèles que l’on retrouve aujourd’hui, classique ou en version Deluxe avec coussins en cuir, possèdent une structure bicolore avec une traverse en acier et des finitions soignées en goutte laquée bleue.

LC4

La chaise longue LC4 devant un tableau Awallfactory

Cette chaise possède de nombreuses options, à composer au choix de la couleur de la structure basse, laquée ou verni, le revêtement de l’assise, en cuir ou en peau de vache et le coloris. Le tableau mural visible sur cette image est disponible sur aWallFactory.com, le site de reproduction de photographies artistique. Un petit plus design, digne des galeries d’exposition, à contempler depuis son fauteuil LC4 ? Pour choisir l’image de votre décoration murale, vous avez Cadopix et ses tableaux personnalisés en toile, aluminium, PVC et plexiglass.

La table LC6 en ailes d’avion

Les pieds de cette table faite d’acier et de verre lui valent le nom de « table en ailes d’avion » car la courbure des pieds rappellent celle des ailes d’avion. Imposante mais toujours élégante, cette pièce est représentative du travail de Le Corbusier : épurée, simple, minimaliste même.

Le Corbusier avait à l’origine choisit le noir mat pour définir les lignes de cette table. Cassina la décline aujourd’hui en acier chromé également. Une table d’un modernisme intemporel, créé en 1928 mais plus que jamais dans l’air du temps.

LC6

Table LC 6

Comment s’assurer de l’authenticité d’un meuble Corbusier ?

Comme toute pièce d’art, les meubles signés Le Corbusier sont malheureusement soumis à la contrefaçon. Pour vous assurer de l’authenticité d’un meuble, commandez-le directement sur la boutique du revendeur Cassina, détenteur des droits de production et de commercialisation.

Si vous achetez chez un autre vendeur ou que vous achetez une pièce d’occasion, il faudra regarder du côté de la signature de votre meuble design. Chaque pièce possède la signature de Le Corbusier, gravée, ainsi qu’un numéro de série identifiant la production. La signature sera présentée comme suit :

Signature cassina Le Corbusier

Alors, Le Corbusier, on adhère ou pas ?

4 réponses à Le Corbusier, prince du mobilier moderne

  1. Alix dit :

    Excellent d’avoir spoté cet aspect de la présentation de Steve Jobs avec le siège LC 3, bien vu ! Cela va bien avec la passion du design de Steve Jobs, qui ne se limite pas à ses seules machines

  2. Famous Design dit :

    Le Corbusier, décrié ou adulé, a été un précurseur. Ses cités radieuses sont de véritables espaces de vie. Peut-être si on l’avait suivi, aurait-on évité ces barres HLM qui ont été mortelles pour la vie en société.
    Quant à ses meubles, ils ont été longtemps connus seulement par quelques initiés. Ils ont traversé les ans sans se démoder. Le Corbusier était un visionnaire, à la manière de Léonard de Vinci qui se projetait dans le temps. Etait-il né trop tôt ?

  3. deligne julien dit :

    Dommage que pour les photos utilisées vous ayez pris des photos de mauvaises copies venant d’autre fabricants non autorisés. seul cassina comme vous le dite par ailleurs est habilité a vendre ces meubles , or sur la photo de la chaise longue on voit tres bien que sur les quatres montants des pieds(noir) il y a une vis par pieds qui tien l’axe sur lequel repose la structure chromée!!! sur l’originale de cassina il y a trois points de fixations par pieds bien visible et en triangle , ce qui est un des multiples points pour distinguer l’original des mauvaises copies.

  4. Lucas dit :

    @ Julien
    Merci beaucoup pour votre remarque. Vous indices permettront à tous de mieux identifier les originaux des copies.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *