Le meuble au moyen âge

Catégorie : Histoire du meuble

Époques emblématiques de l’histoire, les périodes féodales furent riches en de multiples points, et c’est un bond en avant conséquent qui s’opère dans la fresque mobilière. Certains citeront comme exemple Kaamelot, où il est possible d’avoir un aperçu de ce qui se faisait en terme de meuble moyenâgeux.

Plonger dans l’art médiéval et ses néfastes débordements lors de l’inquisition est une étape indispensable dans l’histoire, car elle a véritablement changé les formes et les styles des meubles.

Des formes cartésiennes et peu anguleuses qui caractérisaient le mobilier de l’antiquité et de la préhistoire s’est extrait une nouvelle mouvance, due à de multiples événements dans le domaine de l’histoire en général.

C’est pas faux…

De l’époque romane au mobilier liturgique

Le mouvement roman s’est étiré au cours du Moyen-Âge, c’est une époque intéressante, car elle fait la part belle à la réinterprétation. Ainsi, elle consiste en la modernisation de l’architecture romaine pour en reprendre les codes fondamentaux. Colonnes, voûtes et chapiteaux romains ont donc été les éléments clés de l’art en ce début de période.

église romane

église romane

Ce style roman a doucement laissé s’installer un nouveau type de mobilier en rapport avec la liturgie. Représentation d’un culte public et officiel institué par l’église, un nouveau type de meuble va voir le jour. En rapport direct avec la religion dans sa réalisation, mais aussi dans son utilisation, il est utile de préciser que le mobilier liturgique est vite devenu un indispensable dans la célébration des sacrements et des cérémonies religieuses.

Tabourets de chantre, banquettes, autels, confessionnal, cathèdre et autres réalisations diverses composaient l’ensemble du mobilier issu de ce mouvement. Des appellations peu familières pour qui n’est pas habitué au milieu, mais qui recelaient tout de même une importance primordiale pour les accrocs de JC.

Une période importante pour nos amis les meubles qui ont accusé de nombreux changements lors de l’avènement de la période gothique succédant à la romane.

Un intérieur encore spartiate

Alors que les Princesses à la ceinture de chasteté fermement ancrée s’évertuaient à s’adonner aux joies de la cour pendant que les nobles Chevaliers guerroyaient joyeusement pour leurs seigneurs respectifs, le meuble lui ressentait déjà comme une odeur de changement.

armoire

Une armoire médiévale imposante !

chambre

Une chambre de nobles à la fin du moyen-âge

En effet, même si très peu de meubles provenant de cette période ont réussi à traverser les siècles de par leurs compositions boisées qui se dégradent facilement avec l’âge, ils n’en restent pas moins les vestiges d’une époque extrêmement riche.

Le confort domestique était négligé, il avait plus l’apanage du fonctionnel que de la beauté et se voyait donc limité. L’essentiel de l’ameublement se résumait à une poignée de pièces facilement transportable sur une base de coffre afin de pouvoir plus efficacement faire front aux nombreuses guerres féodales imposant leurs lots de déplacements.

coffre

coffre gothique

Très vite, le style gothique a supplanté l’art roman conférant au meuble une influence perceptible. Gainés de cuir ou de toiles peintes avec des planches liées par des pentures (à ne pas confondre avec la peinture, celle-ci étant des imposantes pièces de métaux qui reliaient les différentes parties), certains objets étaient déjà de véritables bijoux de réalisations.

Solide, massif et à l’aspect parfois austère, le mobilier dans sa plus pure tradition disposait de formes verticales, les courbes étant réservées à quelques rares sièges pliants en forme de X qui n’avaient rien à envier aux actuelles chaises de plages utilisées par les plus réticents envers le sable.

Parfois sculpté avec des ornements particuliers en rapport avec l’architecture, le meuble médiéval tenait une place primordiale et monsieur tout le monde n’avait pas accès à la chaire, ce fauteuil dérivé du coffre qui n’accueillait que le maître de maison et les éventuels invités de marque.

Deux types d’éléments mobiliers sont cependant à discerner : le temporaire et ce qui peut être transporté.

lit enfant

lit d’enfant

fauteuil

Vends château déjà meublé, bon état avec large cheminée

Trimbalés de fief en fief, les nobles n’avaient pas d’autres choix que de déménager régulièrement. Outre les fameux coffres aux multiples usages allant du simple stockage à la restauration en passant par la possibilité d’user de ces derniers en guise de lits quant ce n’était pas pour stocker le pain, la place primordiale qu’occupait la malle n’en était pas moins relative à ce que possédaient les nobliaux.

Habits, tapisseries, gardes robes, orfèvreries précieuses, petit mobilier et bijoux se partageaient ce lieu obscur et confiné facilement transportable à l’arrière d’une carriole.

Le coffre faisait donc partie de ce qu’il était possible d’emmener avec soi lors d’un déplacement. Les meubles plus grands étaient quant à eux bien plus grossiers dans leurs massivités et donc souvent laissé sur place. C’est ainsi que ces éléments sans grande valeur qu’étaient les tables, lits, armoires et bancs connaissaient la triste destinée de la plupart des enfants illégitimes des femmes de joies : l’abandon.

Infiniment rare, le mobilier médiéval dans sa pure tradition n’a laissé que très peu de traces physiques de son passage de par sa composition. Tributaire des documents de l’époque et des nombreuses représentations d’intérieurs, il faut donc renoncer à tenter de s’approprier une pièce authentique.

La plupart des meubles médiévaux bénéficieront même d’une évolution non négligeable lors de la renaissance qui succédera l’art gothique dès le milieu du Xvéme siècle.

Eh oui, les écuyers comme Jacquouille vivaient dans un confort relatif et mangeaient vraiment par terre. Direction la gourdasse, il fait grand soif.

Meubles du moyen-âge

La vie au château au moyen-âge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *