Dans la majorité des cas, les intrusions se font par la porte d’entrée. C’est donc le point à sécuriser en priorité pour protéger nos foyers contre les tentatives d’effraction. Le blindage est une solution efficace et relativement abordable pour y parvenir. Mais comment une porte existante peut-elle être blindée ?

Comment évaluer si votre porte existante peut être blindée ?

Avant de jouer la carte du blindage, il convient d’en évaluer la faisabilité. Veuillez examiner le matériau de votre porte d’entrée. Une ouverture en bois massif est par exemple un bon candidat à cette méthode. La raison est qu’elle offre la meilleure base pour un blindage solide et pérenne. En revanche, une structure en PVC creuse peut ne pas supporter le poids d’un renforcement complet. Ensuite, vérifiez que votre porte est stable et bien fixée au dormant. Il faut en plus que les charnières soient suffisamment robustes pour supporter le poids d’une structure blindée.

En outre, l’épaisseur de votre porte doit être de 35 mm au minimum pour un blindage à plat. Le renforcement fourreau est possible sur une structure plus fine, mais offre une sécurité moindre. L’espace autour de votre porte d’entrée doit être suffisant pour installer le blindage, et des travaux de maçonnerie peuvent être nécessaires pour agrandir l’encadrement. Puis, sachez que l’opération que vous vous apprêtez à réaliser ne doit en aucun cas affecter l’issue de secours en cas d’incendie. N’oubliez pas de considérer les normes de sécurité locales et les réglementations du bâtiment. Certaines modifications peuvent nécessiter une autorisation préalable, surtout si vous avez un appartement situé dans un immeuble de copropriété.

Pensez à faire intervenir un professionnel en blindage de porte pour une analyse approfondie du point d’accès concerné. Il est le mieux placé pour évaluer l’intégrité de votre porte, sa comptabilité avec la technique et pour recommander les solutions les plus appropriées. Ces dernières peuvent inclure la pose de plaques d’acier, de barres de renforcement, ou le remplacement des serrures existantes par des modèles anti-effraction.

Lire plus  Combien de panneaux photovoltaïques pour 5000 kw ?

porte blindée

Les différents types de blindage pour renforcer une porte

Le blindage d’une porte existante peut se faire de différentes manières. La méthode à plat consiste à insérer des plaques d’acier à l’intérieur même de la structure en vue de la renforcer sans changer l’esthétique. Elle améliore par la même occasion l’isolation phonique. Quant au blindage de porte pivot, il implique l’ajout d’une plaque d’acier sur la face intérieure de la structure. Cette technique est économique et efficace, mais peut alourdir l’ouverture. Le blindage fourreau, pour sa part, consiste à installer un encadrement métallique qui entoure la structure existante. Il offre une protection optimale contre les attaques les plus violentes.

Au cas où la porte existante ne pourrait pas être blindée, il est possible de la remplacer par un bloc-porte blindé certifié A2P. La pose se fait rapidement et ne nécessite pas de travaux de maçonnerie. La structure blindée ainsi installée offre un haut niveau de sécurité et se révèle ainsi très dissuasive. Outre ces techniques, on peut évoquer l’ajout de serrures multipoints certifiées A2P. Ces dispositifs comportent 3 à 9 points d’ancrage et une simple tour de clé suffit à les engager dans les gâches. De fait, ils augmentent la résistance de votre porte d’entrée aux tentatives d’effraction.

L’installation du blindage sur une porte existante, étape par étape

Aussi technique que complexe, le blindage d’une porte existante nécessite l’intervention d’un serrurier chevronné. L’artisan va dans un premier temps diagnostiquer la structure à blinder et prendre toutes les mesures nécessaires. Il choisit par la suite le type de blindage et la serrure adaptés. Après, le serrurier retire la porte de ses charnières et démonte tous les accessoires. Il découpe la plaque d’acier ou le cadre métallique selon les dimensions de l’élément à renforcer.

Lire plus  VMC hygroréglable : qu'est ce que c'est ? quels sont ses avantages ?

Vient ensuite la fixation de l’élément de blindage à l’emplacement souhaité. L’artisan utilise des vis résistantes pour ce faire et veille à une répartition égale pour éviter toute déformation. Il enchaîne par le renforcement du cadre de la porte avec des cornières anti-pinces et s’assure qu’il est assez solide pour supporter le poids supplémentaire. Lors de l’étape suivante, ce même serrurier installe une serrure multipoints certifiée pour une sécurité renforcée. Puis, il vérifie le bon fonctionnement de la serrure, des points de verrouillage et du blindage. Quand tout est fonctionnel, il replace la porte et ses accessoires, pose les caches ainsi que les éléments de finitions. Enfin, il teste l’ouverture et la fermeture pour s’assurer de la fluidité du mouvement.

À moins que vous ne soyez du métier, abstenez-vous de blinder vous-même votre porte d’entrée. Une mauvaise pose peut bien entendu compromettre l’intégrité du blindage et, in fine, la sécurité qu’il est censé fournir.

porte blindée entrée

Le respect des normes de sécurité lors du blindage d’une porte

Le blindage d’une porte d’entrée ne se résume pas à l’ajout de matériaux hautement résistants. Il implique de respecter les normes de sécurité en vigueur pour garantir une protection optimale. Citons notamment la norme européenne EN 1627 qui recèle six classes, de CR1 (résistance standard) à CR6 (haute résistance). Elle a été mise en place dans le but de garantir la sécurité des bâtiments en Europe et d’aider les consommateurs à choisir des produits répondant à des standards élevés.

En France, la norme A2P (assurance prévention protection) est délivrée par le Centre national de prévention et de protection (CNPP). Elle évalue la résistance des équipements de sécurité comme les portes blindées et les serrures contre les tentatives d’effraction. Cette homologation prévoit 3 classes, indiquées par des étoiles :

  • A2P* (niveau 1) : résistance standard,
  • A2P** (niveau 2) : résistance moyenne,
  • A2P*** (niveau 3) : résistance maximale.

Pour obtenir la certification, les produits doivent passer des tests rigoureux en laboratoire et être soumis à un audit de fabrication. La norme A2P constitue donc un gage de fiabilité et de qualité. Elle est d’ailleurs reconnue par les professionnels de l’assurance.

Lire plus  Liasse de billet : combien cela représente en euro ?

Afin que le blindage se fasse dans les normes, il ne doit être réalisé que par un serrurier qualifié. Il a les compétences et l’expérience nécessaires pour mener ce projet dans les règles de l’art. Un tel professionnel ne vous propose que des équipements certifiés EN 1627 et A2P. De plus, il tient compte des lois locales, surtout si vous êtes en copropriété ou dans un bâtiment classé. Il ne procède à la pose qu’après l’obtention des autorisations nécessaires.

Après l’installation, faites contrôler votre porte blindée par un organisme indépendant. Un entretien régulier est indispensable pour assurer la longévité et l’efficacité du blindage. Inspectez périodiquement la porte et son cadre pour détecter d’éventuels signes de dommage ou d’usure. Vérifiez sur les charnières et les serrures fonctionnent correctement et sans résistance. Lubrifiez tous les mécanismes mobiles au moins une fois par afin de prévenir la corrosion et de garantir un usage fluide. La surface de la porte doit être nettoyée avec des produits adaptés. Au cas où des ajustements seraient nécessaires, faites-les sans tarder pour éviter une usure prématurée. Faites intervenir un professionnel en cas de dommage.

Comment estimer le coût de blindage d’une porte existante ?

Le coût de renforcement d’une porte existante varie selon que vous choisissez un blindage à plat, pivot, fourreau ou la pose d’un bloc-porte blindé certifié. Chaque option offre un niveau de sécurité différent, nécessite un investissement matériel et en main-d’œuvre qui lui est spécifique. Les prix de la plaque d’acier, de la serrure de sécurité et des autres composants entrent également en ligne de compte. Ils varient en fonction de la qualité et de la certification des produits. Les matériaux certifiés sont par exemple plus coûteux, mais offrent une meilleure garantie de résistance. Sachez par ailleurs qu’une porte de taille non standard nécessite un blindage sur mesure, ce qui augmente la note finale.

À tout cela s’ajoute le prix de l’installation qui dépend de la complexité du projet et du temps nécessaire pour l’accomplir. L’intervention d’un serrurier qualifié peut représenter un coût initial relativement élevé, mais garantit une installation conforme aux normes en vigueur.

Publications similaires