que faire en cas de crotte de fouine

Les fouines sont des animaux sauvages discrets et nocturnes qui peuvent causer des dégâts dans nos jardins, voitures ou greniers. La présence de crottes de fouine, également appelées «laissées», est le principal indicateur de leur présence dans ces endroits.

Nous vous donnons des informations pour identifier les caractéristiques des crottes de fouine afin de confirmer qu’il s’agit bien de ce mammifère et également des conseils sur comment réagir face à cette situation.

Reconnaître les crottes de fouine

Pour être certain que l’on a affaire à des crottes de fouine, il faut connaître leurs caractéristiques propres et les différencier des excréments d’autres animaux tels que les rats, martres, renards ou hérissons.

Forme et taille des crottes de fouine

La première chose à observer pour identifier les crottes de fouine est leur forme générale. Les crottes de fouine sont fines et allongées, mesurant entre 5 et 10 centimètres de longueur et environ 1 centimètre de diamètre. Elles ont en général une forme torsadée et se terminent souvent par une extrémité effilée.

Couleur des crottes de fouine

La couleur des crottes peut également être un bon indicateur. Celles-ci sont généralement de couleur brun foncé à noire, en fonction du régime alimentaire de l’animal. Cette couleur s’atténue progressivement au fil du temps, à mesure que la matière se décompose.

Lire plus  Honda hf 2417 hme avis et avantages

Contenu des crottes de fouine

Enfin, pour confirmer qu’il s’agit de crottes de fouine, il est possible d’étudier leur contenu. Les fouines ont un régime alimentaire varié composé de petits mammifères, tels que les rongeurs et les oiseaux, ainsi que de fruits. Ainsi, leurs crottes peuvent contenir poils, plumes, fragments d’os ou encore des restes végétaux tels que graines, noyaux ou écorces de fruits.

Que faire face à la présence de crottes de fouine ?

Si vous avez identifié sans aucun doute que vous êtes en présence de crottes de fouine, il est nécessaire d’agir afin d’éviter les dégâts causés par ces animaux aux structures et installations, ainsi qu’aux câbles électriques et durites automobiles. Toutefois, ils sont une espèce protégée et il convient de respecter la législation en vigueur concernant leur gestion.

Nettoyer et désinfecter les zones souillées

Afin d’éliminer les risques de propagation de maladies, il est indispensable de nettoyer et désinfecter les endroits où les crottes ont été trouvées. Pour cela, portez des gants pour éviter tout contact direct avec les excréments et utilisez de l’eau savonneuse puis un désinfectant adapté. Lavez également vos mains soigneusement après le nettoyage.

Empêcher l’accès des fouines

Pour prévenir la réapparition de crottes de fouine, voici quelques mesures préventives à adopter :

  • Boucher les ouvertures : vérifiez les murs extérieurs de votre maison, garage ou grenier, ainsi que les portes et fenêtres pour repérer les éventuels passages utilisés par les fouines. Bouchez ces trous avec des matériaux résistants aux griffes et aux dents des animaux.
  • Ranger et nettoyer : gardez ces zones rangées, en enlevant les objets qui pourraient constituer des abris pour les fouines. Ramassez les restes de nourriture et éliminez toutes sources d’alimentation potentielles.
  • Installer des répulsifs : des dispositifs tels que les ultrasons, les sprays répulsifs ou les granulés à base de poivre peuvent aider à tenir les fouines éloignées des zones susceptibles d’être envahies.
Lire plus  Que vaut la marque Hyba en mobilier de jardin?

Faire appel à un professionnel si nécessaire

Dans certains cas, les méthodes préventives peuvent ne pas suffire pour se débarrasser des fouines. En cas de présence persistante, n’hésitez pas à consulter un spécialiste de la faune ou un service de l’environnement pour obtenir des conseils personnalisés et une intervention dans le respect de la protection de ces animaux.

En conclusion, reconnaître les crottes de fouine et adopter les bonnes pratiques en matière de gestion de leur présence permettent de limiter les dégâts qu’elles peuvent causer tout en respectant leur statut d’espèce protégée. N’hésitez pas à solliciter des conseils auprès d’experts si nécessaire afin de bien gérer cette situation.

Publications similaires